Contenu

Les emblèmes des Terres du Milieu

publié le 30 mars 2015 (modifié le 3 avril 2015)

Les emblèmes des Terres du Milieu


Tout au long de sa vie, Tolkien s’est efforcé de créer un monde cohérent. Aussi a-t-il a parsemé ses écrits de nombreux détails, parfois inutiles dans le récit où ils apparaissent, mais formant un tout nécessaire au réalisme de son univers. Ce sont ces mêmes détails qui peuvent rendre un peu de la saveur d’Arda à une partie de jeu de rôle. Ainsi, il est beaucoup plus intéressant de décrire à vos joueurs les bannières et les uniformes d’une armée que de leur annoncer directement de quel royaume elle provient. Nous allons donc examiner les emblèmes décrits par Tolkien, en essayant de déterminer leurs origines.

Les Eldar

Ce sont bien sûr eux qui ont été les premiers porteurs de bannières et ce, dès leur retour sur les Terres du Milieu en deux armées distinctes : celle de Fëanor, et celle de Fingolfin. C’était en fait la première fois que deux groupes d’êtres d’une même race avaient besoin de se distinguer.

Les Hauts-Elfes : Galathilion, portant un croissant de lune

Galathilion, l’Arbre Blanc des Eldar, est le symbole de tous les Elfes du Royaume Béni. C’est une réplique de Telperion (mais qui ne produisait aucune lumière), faite par Yavanna pour les Elfes de Tirion, à Valinor. La lune est une allusion à Telperion, car elle fut créée à partir d’une fleur d’argent de cet arbre.

Les Vanyars : argent

Ils n’ont participé qu’à une seule guerre en Terres du Milieu : la Grande Bataille qui clotura le Premier Age. L’argent est le symbole de Telperion, le premier des Deux Arbres.

La Maison de Finarfin : deux serpents

L’Anneau de Felagund nous donne la description de l’emblème de Finarfin : « La bague avait la forme de deux serpents dont les yeux étaient des émeraudes et dont les têtes s’unissaient sous une couronne de fleurs dorées qu’un des serpents portait tandis que l’autre la dévorait. C’était le blason de Finarfin et de sa Maison. » (Le Silmarillion, chap. 19)

La Maison de Fingolfin : azur et argent

Fingon portait ces couleurs à Nirnaeth Arnoediad, et probablement aussi Gil-Galad lors de la Dernière Alliance des Hommes et des Elfes, à la fin du Deuxième Age.

Fëanor et ses fils : l’Etoile à huit branches

Les huit branches symbolisent probablement Fëanor et ses sept fils.

Les Gondolindrim

Tolkien a introduit des notions d’héraldique dès ses premiers écrits, qu’il a par la suite confirmés, retravaillés, ou abandonnés. En particulier, le texte intitulé “De Tuor et de sa venue à Gondolin” (Contes et légendes inachevés, le Premier Age) est la révision du début d’un de ses premiers contes : “La chute de Gondolin” (The Book of Lost Tales, 2° volume de la série “The History of Middle-Earth”). Dans la suite de cet écrit, Tolkien présentait les 11 Maisons des Elfes de Gondolin, auxquelles est venue s’ajouter celle de Tuor. A partir de l’arrivée de Tuor à Gondolin, ce texte présente peu d’incompatibilités avec le Silmarillion, le chapitre 23 de ce dernier en étant même une version résumée. Malgré la contraction, certains noms de Maisons ont subsisté, comme celle de la Source, menée par Ecthelion, ou celle de Glorfindel : la Maison des Fleurs d’Or. On peut donc conserver l’existence de ces Maisons sans prendre le contrepied du Seigneur des Anneaux ou du Silmarillion.

Malheureusement, Tolkien n’a pas décrit les blasons et les livrées de toutes les Maisons, mais vous pourrez facilement les extrapoler, sachant qu’ils découlent de leurs noms, ou de leur secteur d’activité. Le chef de chaque Maison est donné entre parenthèses après le nom de celle-ci.

La Maison du Roi (Turgon) : la Couronne du Royaume Secret, toute sertie de diamants1

La Maison de la Taupe (Maeglin) : la Taupe Noire, ou le noir

Maeglin et ses suivants avaient adopté la taupe comme emblème car ils étaient les meilleurs mineurs parmi les gens de Gondolin.

Lors de l’attaque de Gondolin, ils ne portaient aucun emblème sur leurs armures noires. Leurs casques ronds étaient recouverts de peaux de taupes, et ils maniaient la hache à double tranchant.

Maeglin étant devenu synonyme de honte chez les Elfes, il est peu probable que l’un d’eux ait continué à porter son emblème après sa trahison. De plus, la taupe n’est pas vraiment un animal “noble”.

La Maison de l’Hirondelle (Duilin)

Un plumeau surmontait leurs heaumes et ils étaient habillés en blanc, bleu foncé, violet et noir. Ils portaient une pointe de flèche sur leurs boucliers, car ils étaient des archers d’exception.

La Maison de la Voûte Céleste (Egalmoth)

Ils étaient parés de couleurs splendides et leurs armes étaient incrustées de joyaux scintillants. Les bouclier de ce bataillon étaient bleu ciel, et comportaient un ornement fait de sept gemmes : ambre, améthyste, chrysopase, émeraude, rubis, saphir et topaze. Une opale de grande taille était sertie sur leurs heaumes. Eux aussi comptaient parmi les meilleurs archers.

La Maison de l’Arbre (Galdor)

Ils étaient vêtus de vert et se battaient à la masse d’arme et à la fronde. L’arbre est probablement le symbole de Galathilion, dont une réplique existait à Gondolin : Belthil.

La Maison de la Source (Ecthelion)

Ils aimaient l’argent et les diamants et portaient de très longues épées étincelantes.

La Maison des Fleurs d’Or (Glorfindel)

L’or était leur métal favori et ils portaient un soleil rayonnant sur leurs boucliers.

La Maison de la Harpe (Salgant) : la Harpe d’Argent sur fond noir

Ils étaient parés de glands d’or ou d’argent.

La Maison du Marteau de la Colère (Rog) : l’Enclume Battue

Ils affectionnaient l’or rouge et l’acier noir et maniaient de grandes masses. On pouvait voir sur leurs lourds boucliers un marteau entouré d’un gerbe d’étincelles.

Leur emblème provient du fait qu’ils étaient pour la plupart forgerons. Beaucoup d’entre eux étaient des anciens esclaves de Morgoth qui avaient réussi à s’échapper de ses mines.

Il est à noter que tous les membres de cette Maison sont morts pendant l’attaque de Gondolin, en allant à la rencontre des armées ennemies hors des remparts de la ville.

Les Gens de l’Aile, ou La Douzième Maison (Tuor) : l’Aile Blanche

L’Aile Blanche représente une aile de cygne, l’oiseau symbole du Seigneur des Eaux. Sur l’ordre d’Ulmo, en quittant son palais de Vinyamar pour aller fonder la cité de Gondolin, Turgon laissa derrière son trône une épée, une armure, et un bouclier frappé d’une aile blanche sur fond d’azur. C’est Tuor, le messager du Seigneur des Eaux, qui s’appropria ces objets et qui parvint à Gondolin en tant que porte-parole d’Ulmo. Sa mission accomplie, il resta à Gondolin, où il était aprécié de tous, si bien que de nombreux Elfes Noldo se rallièrent à son emblème pour former la Maison de L’Aile.

Les deux autres Maisons étaient celles de la Tour de la Neige, et du Pilier, toutes deux dirigées par Penlod.

Des leaders des 12 Maisons, les seuls à avoir survécu à la chute de Gondolin sont Egalmoth, Galdor et Tuor (et peut-être aussi Duilin et Salgant, dont Tolkien ne parle plus par la suite).

Les rescapés de Gondolin : l’Aigle (voir le scénario Le Dernier Roi)

Tous les survivants de Gondolin adoptèrent cet emblème, sauf Tuor, Idril et Eärendil, qui préféraient l’Aile Blanche.

Elendil et ses descendants

Elendil (Quenya : “Celui qui aime les étoiles” ou “l’Ami des Elfes”) était un Númenoréen, un Fidèle de surcroît, et donc très sensible à la symbolique de l’étoile. En effet, c’est l’Etoile d’Eärendil (c’est à dire le Silmaril porté par Eärendil à bord de Vingilot) qui guida les Edain vers Númenor, aussi appelée Pays de l’Etoile, au début du Deuxième Age. De plus, Númenor, par sa forme, rappelait une étoile à cinq branches. Il n’est donc pas surprenant qu’il utilise l’Etoile sur ses bannières. Etant le fondateur des Royaumes d’Arnor et du Gondor, il est aussi normal que leurs emblèmes découlent du sien.

Elendil : Sept Etoiles à cinq branches disposées en cercle, entourant parfois une haute couronne d’argent

Les Sept Etoiles représentent chacune des étoiles sur les bannières des sept navires des Fidèles qui transportaient un Palantir, après l’Akallabeth. Elles avaient cinq branches en souvenir de Númenor2.

Anarion : le Soleil Rayonnant, ou le Soleil Couchant

L’emblème d’Anarion provient de son nom, dans lequel figure la racine “anar” (Quenya : “soleil”). C’est le même que celui de l’Anorien (Sindarin : “Pays du Soleil”) et de sa principale cité : Minas Anor (Sindarin : “Tour du Soleil”). Cette région était le fief d’Anarion après le retour des Fidèles en Terres du Milieu.

Isildur : le Croissant de Lune, ou la Lune Montante

Pour les mêmes raisons qu’Anarion (“isil”=“lune” en Quenya), la Lune devint l’emblème d’Isildur, de l’Ithilien (Sindarin : “Pays de la Lune”) et de Minas Ithil (Sindarin :“Tour de la Lune”).

Royaume d’Arnor : les Sept Etoiles d’Elendil, ou une seule étoile, l’Elendilmir

Royaume du Gondor : l’Arbre Blanc

L’Arbre Blanc provint d’un fruit (sauvé par Isildur au péril de sa vie) de Nimloth de Númenor, lui-même descendant de Galathilion. Il fut planté à Minas Ithil, devant la demeure d’Isildur.

Les Gardes de la Citadelle de Minas Tirith avaient un uniforme spécifique. « [Ils] étaient vêtus de noir et leurs heaumes avaient une forme étrange, hauts de fond avec de longs oreillons très ajustés à la figure, au-dessus desquels se voyaient les ailes blanches d’oiseaux de mer ; mais les casques étincelaient d’une flamme d’argent, car ils étaient en réalité faits de mithril, héritages de la gloire de jadis. Sur les surcots noirs était brodé un arbre en fleur d’un blanc de neige sous une couronne d’argent et des étoiles à nombreux rayons. » (Le Seigneur des Anneaux, livre V, chapitre 1)

Les Rôdeurs : l’Etoile d’Elendil

Les Rôdeurs portaient sur leurs manteaux sombres une broche d’argent en forme d’étoile à cinq branches.

Elessar : l’Arbre Blanc sous la Couronne et les Sept Etoiles

Aragorn, en tant qu’héritier d’Elendil et Roi d’Arnor et du Gondor, avait réuni les trois emblèmes. Ce fut encore probablement l’emblème d’Aldarion et du royaume réunifié après sa mort.

Les autres humains

Húrin Thalion

Húrin portait des oriflammes mordorées lors de son départ pour la Bataille des Larmes Innombrables.

La Maison d’Eorl : le cheval au galop, blanc sur fond vert

Ce cheval symbolise Felarof, le premier des Mearas, domestiqué par Eorl.

Royaume du Rohan : le soleil sur fond vert

Dol Amroth : le Navire et le Cygne d’Argent, ou un navire à proue en forme de cygne, argent sur fond bleu

Ces icônes renvoient à la mer : Dol Amroth était le principal port maritime du Gondor.

Les Intendants du Gondor : argent

Esgaroth sur le Lac : bleu

Les Haradrim : rouge

Ces hommes du sud, qui appréciaient les couleurs vives (peut-être pour impressioner leurs ennemis), avaient des boucliers ronds, jaunes et noirs.

Du côté du Mal

Le Roi Sorcier : un serpent noir sur fond écarlate

Minas Morgul : la Lune défigurée par une horrible tête de mort

La Lune était l’emblème de Minas Ithil. Après sa chute, les troupes du Roi Sorcier y ajoutèrent, par dérision, une tête de mort.

Morgoth : noir

Sauron : l’Oeil Rouge

Les Orques des Monts Brumeux : noir et rouge3

Les autres

Durin et ses héritiers : une enclume et un marteau surmontés d’une couronne avec sept étoiles à huit branches 4

L’enclume et le marteau sont des objets chers aux Nains, il n’est donc pas surprenant qu’ils soient utilisés pour symboliser la plus importante de leurs Maisons.

La couronne et les sept étoiles sont, elles, propres à Durin. Peu après son réveil, au Premier Age, alors qu’il cherchait avec sa famille un site pour s’installer, Durin atteignit la vallée d’Azanulbizar. En se désaltérant au bord du lac qui s’y trouvait, le Kheled-zâram, il vit sa tête reflétée à la surface de l’eau, surmontée par sept étoiles formant une couronne. Interprétant cette vision comme un signe du destin, il ordonna des recherches, et les Nains ne tardèrent pas à découvrir un réseau de grottes gigantesques qui devint Khazad-dûm, le royaume de Durin.

Aujourd’hui encore, toute personne qui regarde dans le Kheled-zâram peut apercevoir, même de jour, le reflet des sept étoiles au lieu de sa propre image.

Saroumane : la Main Blanche sur fond noir, parfois accompagnée d’un ”S” blanc en runes elfiques

Eregion : le houx

Eregion signifie en sindarin “Pays du houx”.

Récemment est paru un ouvrage intitulé “Peintures et aquarelles de J.R.R.Tolkien”, dans lequel figurent les emblèmes des principaux protagonistes des événements du Premier Age. La plupart sont des motifs sans signification, d’autres sont des anachronismes flagrants, mais certains sont exploitables. Commençons par ces derniers.

Lúthien Tinúviel : le niphredil

Il est en effet dit qu’à sa naissance, dans la forêt de Neldoreth, « les fleurs blanches du niphredil se dressèrent pour l’accueillir comme des étoiles nées de la terre. » (Le Silmarillion, chap. 10)

Finrod Felagund : une harpe

Finrod fut le premier des Noldor à rencontrer les humains. Lors de ce premier contact, il joua sur la harpe de Bëor, le chef de ces hommes, un air si merveilleux qu’ils le prirent pour un Valar. Par la suite, les hommes de la Maison de Bëor restèrent toujours fidèles à Finrod et à ceux de la Maison de Finarfin.

Fëanor : des flammes

L’étoile à huit branches était, nous l’avons vu, le symbole de la Maison de Fëanor. Mais Tolkien avait aussi associé ce dernier aux flammes en raison de son tempérament, trahi par son nom (Fëanor signifie “l’Esprit du Feu” en sindarin).

Beren : une main rouge

Cette main peut représenter aussi bien la main de Barahir, son père, tranchée par les Orques et récupérée par Beren, que sa propre main arrachée par le loup géant Carcharoth. Beren était ainsi surnommé Camlost (sindarin : “la Main Vide”).

D’autres emblèmes entrent en conflit avec les révisions apportées par Tolkien à sa Mythologie. C’est le cas de Finwë, affublé d’un soleil ailé alors qu’il est mort avant la création de ce dernier. De même, une lune ailée est associée à Elwë, alors que l’apparition de la lune a plutôt coïncidé avec le début de ses ennuis.

Il faut toutefois relativiser ces quelques contradictions. En effet, ces dessins de Tolkien sont antérieurs de beaucoup à la parution du Silmarillion, et n’étaient probablement pour lui que des graffitis de peu d’importance, que seuls des intérêts commerciaux ont ressortis d’un grenier.


1. Dans “La Chute de Gondolin”, les emblèmes de Turgon étaient le Soleil, la Lune, et le Coeur Ecarlate (le coeur de son père, pris par les Orques puis récupéré par Turgon). Les changements qu’il a effectués par la suite dans sa mythologie ont forcé Tolkien à tout abandonner.

2. Cf. l’index du Seigneur des Anneaux dans la version anglaise. Robert Foster dans son Complete guide to Middle-Earth et ICE dans Les rangers du Nord parlent d’étoiles à six branches, ce qui est probablement une erreur de leur part.

3. On peut supposer que chaque tribu possède un emblème différent, mais toujours composé de noir et de rouge. (Cf Mount Gundabad)

4. Les sept étoiles de Durin sont censées représenter la Grande Ourse. C’est surprenant du fait de leur disposition sur la porte ouest de la Moria, où elles sont en V.